Focus on Isère: Implementation of a departmental public policy

Quelle est la genèse du dispositif ?

Le dispositif en faveur des Tiers-lieux a été lancé en avril 2019 par le Président du Département Jean-Pierre Barbier, sous l’impulsion de deux vice-présidents, Annick Merle et Pierre Gimel. Une première délibération de principe acte l’engagement de l’Isère en faveur des tiers-lieux dans le cadre de ses compétences « solidarité territoriale » et « innovation ».

Cette décision illustre la volonté de mettre en place un véritable dispositif de soutien aux tiers-lieux, en lien avec le plan Air Climat Energie et le plan Très Haut Débit, afin de développer un maillage effectif du territoire.

Convaincu que les liers-lieux peuvent, grâce à la mutualisation des moyens et des ressources, apporter du dynamisme dans les territoires ruraux, le Département a créé une équipe de deux chargés de projet ; Isabelle Pissard, ingénieure principale, diplômée de l’Université Grenoble Alpes dans le domaine de l’aménagement du territoire et de l’Université d’Aix en Provence en développement économique et Arthur Feinberg, ingénieur en environnement et doctorant en sociologie dont la thèse porte sur les études et modélisations de mécanismes de participation citoyenne.

Quelles ont été les étapes de la création du dispositif ?

  • Septembre 2019 : un plan d’action a été défini avec une phase d’étude et une cartographie des tiers-lieux existants et leur typologie, en lien avec les travaux de l’AUEG [1].
  • L’année 2020 a permis un important travail de terrain et de consultations de responsables de Tiers-lieux et l’esquisse d’une mise en réseau, notamment avec : La Cocotte, la Bonne Fabrique du Sappey, le tiers-lieu numérique de Saint-Marcellin Fabrique de territoire, La jolie colo Fabrique de territoire, Luzin Fabrique de territoire, etc.
  • Février 2021 : le dispositif départemental est voté à l’unanimité avec trois axes : l’accompagnement des porteurs de projet, le financement dans le cadre d’un appel à projets, la mise en réseau des Tiers-lieux sur le département.

Quels en sont les objectifs ?

L’objectif principal est la création d’un maillage cohérent de 40 tiers-lieux en Isère, hors agglomérations. L’Isère s’étend du massif des Ecrins aux bord du Rhône, avec des territoires de montagne, de moyenne montagne, et de plaine, et sous influence métropolitaine de Grenoble et Lyon. Le dispositif a été pensé de façon à prendre en compte les réalités locales et poursuit trois objectifs principaux :

  • Le développement du télétravail car il répond à un enjeu environnemental de réduction des émissions de CO2 ainsi qu’à un enjeu d’attractivité du territoire ;
  • L’accompagnement de la transition numérique ;
  • L’innovation.

Pour ce faire, le Département a décidé de mobiliser des moyens dédiés importants avec une autorisation de programme de 10 M€ et une autorisation d’engagement d’1M€ pouvant être engagés jusque fin 2023.

Il est également question de faciliter l’émergence de nouveaux services d’intérêt général  de proximité, par exemple de nouvelles mobilités en espaces peu denses, de télémédecine, ou encore des services favorisant la diversification des activités en montagne.  

Tout cela est facilité par les interactions informelles avec les services en charge des autres politiques publiques, notamment les directions départementales en charge du Très Haut Débit, de l’inclusion numérique, de l’innovation sociale, des fonds européens et des aides aux communes, et bien entendu avec les Maisons de territoire qui connaissent bien les contextes locaux.

Quels points de vigilance avez-vous relevés ?

Le concept de tiers-lieu est encore méconnu, autant dans la sphère publique que dans la sphère privée.

Notre rôle est d’acculturer, d’accompagner, d’aller contre les idées reçues.

Cela passe par de nombreux rendez-vous avec des élus communaux et intercommunaux, par de la communication (ex : Le mensuel « Isère magazine » consacre une double page « développer les Tiers-lieux, pourquoi, pour qui, et pour quoi faire ? »). Une brochure de sensibilisation et d’information a également été envoyée à toutes les communes et intercommunalités de l’Isère.

Nouveau concept, nouvelles formes de collaborations … les projets demandent d’accepter un temps long de maturation, une construction en sur-mesure, ce qui est rendu possible grâce à la forte volonté politique du Département.

Quels sont les apports de ce projet à votre territoire ?

Nous aimons la formule selon laquelle le tiers-lieu est « la nouvelle place de village ».

Pour citer Raphaël Besson : « Les Tiers-lieux apparaissent comme des points névralgiques pour (ré)activer les ressources des territoires ruraux et ancrer de nouvelles formes d’innovation et de développement ». Les tiers-lieux permettent, en proposant des démarches innovantes de co-construction, de mutualisation, de participation, et grâce aux facilités offertes par le numérique, une réelle dynamisation des territoires.

Dans un contexte de demande croissante, voire exponentielle, d’exercice du télétravail, et d’attrait croissant des petites villes et des campagnes pour de nouveaux résidents actifs et digital nomades,

la construction d’un véritable réseau de tiers-lieux est un enjeu d’attractivité pour l’Isère.

Enfin, le Département se tient garant d’un maillage cohérent des Tiers-lieux en facilitant la mise en relation des porteurs de projet, en alertant sur les éventuelles concurrences, en encourageant les complémentarités et en instaurant un dialogue entre porteurs de projets et collectivités.

Quelle est la stratégie du Département en termes d’accompagnement des tiers-lieux ?

Le Département décide du niveau d’accompagnement d’un projet selon un faisceau d’indicateurs. Ceux-ci portent sur les activités, les publics cibles, la qualité du coworking, les moyens d’accueil et d’animation, l’équilibre économique, etc. Une commission ad’hoc a été mise en place, associant élus et techniciens, chargée d’analyser la recevabilité du projet, son degré de maturité ou encore les investissements à prendre en compte.

En ce qui concerne la mise en réseau, une organisation basée sur la coordination est également en cours de construction. Cela devra permettre de mieux sensibiliser les acteurs publics et privés aux atouts des tiers-lieux.  Les moyens apportés par le Département seront mis à disposition d’une structure porteuse, responsable de l’animation et de la gestion du programme d’actions co-construit avec les tiers-lieux, et concordant avec les orientations de l’Etat, qui apporte son concours financier dans le cadre de sa politique « Nouveaux lieux, Nouveaux liens ». Tous les tiers-lieux isérois, qu’ils soient ou non lauréats de l’appel à projets du Département, sont invités à rejoindre cette Coordination.

Pour aller plus loin, avez-vous un conseil à donner a des agents publics

  • Un bon élément de langage : « Un tiers-lieu ne se décrète pas, il se révèle », excellente formule empruntée à un auteur dont j’ai oublié la référence mais qui voudra bien, je l’espère, se manifester.
  • Un outil budgétaire et financier : l’autorisation de programme, même si elle demande une gymnastique de gestion, car elle permet de s’inscrire dans une logique pluriannuelle
  • Une bonne pratique juridique : le respect des règles en matière d’aides aux entreprises
  • Une porte à laquelle frapper pour un bon conseil : France tiers lieux bien sûr !
  • Un site internet où se promener : La compagnie des tiers lieux, la coopérative des tiers-lieux, Movilab
  • Un tiers-lieu à visiter : cela dépend du type de projet que vous portez, donc disons, le prochain qui va être inauguré !

Témoignages

Le dispositif mis en place par le Conseil départemental de l’Isère vise une démarche de construction exemplaire des projets, dans l’intérêt des Tiers-lieux. Il se déploie dans un dialogue constant avec les communes et intercommunalités, pour garantir un véritable maillage départemental. Il offre les moyens d’une qualité optimum des projets, qui répondent aux besoins des habitants, des associations et du monde professionnel. Il encourage enfin l’innovation en milieu rural, en fonction des spécificités territoriales.

A l’image de la dynamique au sein de chaque Tiers-lieu, en évolution permanente par les interactions qu’il suscite, le Département s’attache à mettre en interaction ses partenaires, Universités, collectivités territoriales, chambres consulaires, organismes professionnels et experts, pour enrichir sa vision et démultiplier les leviers d’action.

Jean-Pierre Barbier, Président du département de l’Isère
Annick Merle, Vice-présidente

Notes

[1] Alliance université entreprise de Grenoble, think tank grenoblois.

Sources

Liens vers l’Appel à projet du département de l’Isère Lien de l’AAP :
https://www.isere.fr/soutien-aux-tiers-lieux
https://www.isere.fr/sites/default/files/reglement-aap-a-jour-janv-2022.pdf

Chiffres clés

  • Objectifs 2023 : révéler 40 tiers-lieux sur le territoire en milieu rural 10 conventions signées à ce jour
  • 10 M€ et une autorisation d’engagement d’1M€ pouvant être engagés jusque fin 2023.