France Services Digital Advisors

Quelle est la genèse du dispositif Conseillers numériques France Services (CnFS)?

La crise sanitaire a mis en évidence la fracture numérique et le besoin de formation sur les usages du quotidien. Aujourd’hui c’est au moins 13 millions de français qui sont éloignés du numérique, mais c’est une problématique qui nous touche tous en tant que potentiels apprenants ou aidants numériques.

Le 17 novembre 2020, à l’occasion de l’évènement Numérique en Commun, Cédric O, secrétaire d’État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques, a annoncé le recrutement de 4 000 Conseillers Numériques France Services, formés et financés par l’État. Leur objectif est de proposer à toutes et tous des ateliers de proximité d’initiation au numérique.

Quelles ont été les étapes de la création du dispositif?

Nous avons publié un Appel à Manifestation d’Intérêt à destination des structures souhaitant bénéficier du dispositif pour recruter un Conseiller numérique France Services. Plus de 2 400 structures ont alors postulé sur une plateforme dédiée. Parallèlement, sur la même plateforme nous avons recueilli les candidatures des prétendants au poste de Conseillers numériques France Services. Ce métier étant en pleine structuration, il suscite un vif intérêt puisque c’est plus de 40 000 personnes qui se sont inscrites.

Afin de déterminer l’éligibilité des structures au dispositif, le Préfectures de Département ont analysé les candidatures en organisant des concertations territoriales afin de déterminer un maillage territorial équilibré et cohérent en fonction des projets recueillis. Leurs recommandations ont donné lieu à 24 comités nationaux de sélection pilotés par l’ANCT, qui ont formalisés les 4 000 affectations de postes tout au long de l’année 2021.

Parallèlement, nous avons coordonné les départs en formation des Conseillers numériques France Services recrutés afin qu’ils bénéficient tous d’une formation adaptée à leur niveau, avec une formule en présentiel dans leur département, et une formule à distance pour s’adapter au contexte sanitaire. Aujourd’hui plus de 2 400 Conseillers numériques France Services sont en cours de formation ou déjà formés et donc en phase de passer leur examen de certification du premier bloc de compétence du titre professionnel Responsable d’Espace de Médiation Numérique (REMN).

Il y a également un enjeu autour de la stratégie d’animation de la communauté des Conseillers numériques France Services qui va permettre de les accompagner tout au long du dispositif sur les problématiques rencontrées. L’Espace Coop leur donne accès à un espace de discussion en ligne ainsi qu’à une ressourcerie qui leur permettent d’échanger des bonnes pratiques et de faire communauté.

Notre dispositif se veut itératif : les retours sur le contenu de la formation délivrée ou encore sur les outillages proposés nous sont précieux pour faire évoluer les différents aspects du dispositif.

Quels sont les objectifs du dispositif CnFS?

Nous souhaitons accompagner le plus efficacement possible les citoyens désirant se former sur le numérique. L’enjeu est  aussi de venir à la rencontre des publics qui ne seraient pas spontanément venus consulter un Conseiller numérique France Services, afin de les sensibiliser sur les offres de services proposées.

« A travers ce dispositif, on assiste à une structuration du métier de médiateur numérique et de sa filière de formation. Il est le symbole d’une politique publique en faveur de l’inclusion numérique, aujourd’hui incontournable dans le quotidien des usagers ».

250 millions d’euros ont été mobilisés dans le cadre de France Relance afin de proposer une solution d’accompagnement au numérique à tous les Français, en cohérence avec leurs besoins et en proximité de chez eux.

Elle comprend deux axes complémentaires à savoir l’outillage des collectivités en matériels informatiques reconditionnés et en mobiliers d’inclusion numérique, et la généralisation de l’outil Aidant Connect qui permet de mieux accompagner les Français qui ne peuvent pas faire leurs démarches administratives seuls.

Le dispositif Conseiller numérique France Services vient aussi en complément du dispositif historique sur l’inclusion numérique mis en œuvre à l’issue de l’élaboration de la Stratégie Nationale pour un Numérique inclusif : le Pass numérique.

Les Conseillers numériques Frances Services relèvent d’un dispositif inédit d’accélération, financé par France Relance et sur deux ans uniquement. Le Pass numérique est un outil structurant qui doit pouvoir être envisagé et mobilisé d’ores-et-déjà ainsi qu’en vue de la pérennisation du dispositif Conseiller numérique Frances Services pour lequel le Pass constitue un véhicule complémentaire de financement de moyen terme et de consolidation des services rendus par le Conseiller. Cette complémentarité s’articule sur 3 axes.

1/ les Conseillers numériques France Services peuvent proposer des services éligibles au paiement par le Pass Numérique.

2/ les Conseillers numériques France Services peuvent proposer des services éligibles au paiement par le Pass Numérique.

3/ les Conseillers numériques France Services peuvent participer à l’identification de nouveaux lieux acceptant les Pass Numériques en lien avec les commanditaires de Pass numériques et les Hubs territoriaux pour un numérique inclusif. Ces derniers ont aussi un rôle a joué dans la structuration et l’animation du réseau des Conseillers numériques Frances Services à l’échelle locale.

Comment fonctionne le dispositif CnFS ?

Les porteurs de projet ont eu pour principaux interlocuteurs les Préfectures de Département avec qui elles ont pu échanger. Certaines collectivités ont profité du dispositif pour structurer leur stratégie locale d’inclusion numérique.

La diversité des porteurs de projet apporte une grande richesse au dispositif. Les collectivités rurales comme urbaines, de toute taille, les associations ou encore les consulats ont manifesté leur intérêt pour le dispositif. On compte par exemple 120 Conseillers numériques France Services dans 81 Fabriques de Territoire. Pour être au plus proche des habitants nous avons souhaitons nous appuyer sur les Fabriques de Territoire, tiers-lieux structurants qui favorisent la rencontre entre les habitants et les interactions avec les nouvelles formes d’apprentissage et façons de travailler. Il nous a semblé ad hoc de s’appuyer sur ces espaces incontournables à la formation des usagers.

« Cette typologie variée d’acteurs montre bien que l’inclusion numérique est l’affaire de tous ».

Nous avons favorisé par exemple les projets qui proposaient une itinérance des Conseillers numériques France Services dans les zones rurales, où la mobilité est primordiale pour l’accès aux services.

L’ANCT a mandaté la Banque des territoires pour opérationnaliser le dispositif au niveau de la contractualisation et du versement des subventions aux structures d’accueil et de la coordination des formations auprès des Conseillers numériques France Services. Elle intervient également sur l’appui à l’animation nationale et territoriale.

Avez-vous repéré des points de vigilance dans le déploiement de ce nouveau dispositif?

L’attribution de poste de Conseiller numérique France Services dépendait de plusieurs critères qui visaient à s’assurer de la pertinence de la prestation de service en articulation avec les autres projets locaux. En effet, il y a un sujet de couverture géographique, mais également de couverture des typologies de publics spécifiques : allophone, handicapé, jeune en situation de précarité… Par ailleurs, la structure doit bénéficier du matériel nécessaire à la réalisation des prestations proposées.

Quelle ambition pour le dispositif ?

France Relance a permis un investissement inédit ces derniers mois pour rapprocher le numérique du quotidien de tous les Français permettant de développer un réseau de Conseillers numériques France Services sur les territoires.

« Nous espérons que ce dispositif appuiera les initiatives des collectivités et des associations en faveur de l’inclusion numérique dans la durée ».

Pour cela, nous allons travailler à faire connaître l’offre de service des Conseillers numériques France Services auprès du public et des prescripteurs, mais nous allons aussi les accompagner dans leur montée en compétence pour renforcer leur employabilité au-delà des deux ans.

Enfin, l’ANCT a missionné le centre de recherche ASKORIA pour mener un programme de recherche afin de décrire la manière dont les territoires s’emparent du dispositif pour développer des politiques et stratégies locales d’inclusion numérique.

Témoignages

Témoignage d’Agathe Leballeur, conseillère numérique France Services au Kaléidoscope des Copeaux Numériques

Exercer en tant que conseillère numérique dans un tiers-lieu est très enrichissant car je rencontre des publics très variés. La force du tiers-lieu c’est son ouverture, sa capacité de fédérer autour de projets et de questionnements communs. Lorsque je rencontre les coworkers, les habitants ou les associations de Petit-Quevilly, j’entends beaucoup d’interrogations au sujet de la parentalité numérique, du cyberharcèlement, de la protection des données ou encore du numérique responsable. Favoriser des usages citoyens et critiques du numérique, c’est aussi cela mon rôle de conseillère numérique France Services !

Témoignage de Alice Mallick Sous-Préfète, chargée de mission Plan de Relance et plan particulier pour la Creuse

« Engagée depuis 2015 dans la sensibilisation aux usages numériques, le tiers-lieu “la Quincaillerie” à Guéret propose également un fabLab, un espace de co-working, des médias citoyens participatifs, espaces de conférences, expositions et concerts. C’est tout naturellement, qu’elle s’est positionnée pour accueillir deux conseillers numériques au sein de sa structure. La Préfecture a soutenu cette double candidature qui offre la possibilité de déployer une politique pro-active d’inclusion numérique dirigée vers l’ensemble des populations du territoire. Le premier conseiller numérique sera à la Quincaillerie à disposition des publics variés, allant des jeunes du quartier prioritaire aux guérêtois âgés du centre-ville, tandis que le deuxième travaillera en concertation avec les mairies de la communauté de communes pour organiser des cessions de formation au plus près des habitants. C’est une vrai chance d’offrir une réponse sur-mesure aux besoins locaux ! »

Chiffres clés

  • 250 M€ Plan de relance
  • Objectif 4000 conseillers numériques
  • 40 000 personnes se sont inscrites sur la plateforme
  • 15 M€ sont alloués au mobilier fabriqué par les makers
  • 120 Conseillers numériques France Services dans 81 Fabriques de Territoire